Pourquoi j’écoute Serge Reggiani

Si je vantais il y a déjà un certain temps les mérites de la chanson française, il y a des interprètes qui ont plus marqué ma vie que d’autres. Parmi eux, je pense qu’on peut citer Serge Reggiani. A 10 ans déjà, il animait mes dimanche après-midi. Je me souviens, je crois, de Venise n’est pas en Italie (cette chanson concorde étrangement bien avec notre situation financière de l’époque). C’était une période de vaches maigres : pas de départ en vacances en été, peu de temps passé en famille à cause d’un travail chronophage. Venise n’est pas en Italie, le dimanche, était dans ma vie ce que l’oasis est au désert. On ne peut peut-être pas partir et s’offrir ce que l’on veut, mais on n’est pas malheureux pour autant. Du moins, c’est ce que je croyais alors.

Adolescente, j’ai découvert plus précisément son répertoire, et j’ai été séduite. Serge Reggiani a toujours eu d’excellents paroliers de Georges Moustaki à Jean-Loup Dabadie, sans oublier Claude Lemesle et Anne Sylvestre. J’écoutais beaucoup, à cette époque, ses chansons des années 70. Et à vrai dire, j’aimais beaucoup les années 70 en général ; que ce soit leur littérature, leur cinéma ou leur musique : j’étais fascinée. Reggiani aussi chantait de très belle chansons à ce moment là, comme Les mensonges d’un père à son fils, La chanson de Paul, Si tu me paies un verre, Je voudrais pas crever (poème de Boris Vian!) ou encore Le tango de la mélancolie. C’est à cette période que s’est vraiment forgé mon amour pour la chanson française et Reggiani y a grandement contribué.

Et la chanson française m’a ouverte à plein d’autres choses : des idées politiques que je connaissais pas, des thèmes historiques, des problèmes sociaux du monde actuel… ça m’a donné envie de me cultiver aussi, grâce à la poésie mise en musique et des références littéraires. J’ai aussi commencé à faire plus attention à la musique, aux voix, essayer de comprendre comment c’était construit… Je trouve que ça ne m’a amené que du bien, et que ça a contribué à faire de moi une personne plus intelligente et plus mature.

Plus récemment, j’ai associé quelques chansons interprétées par Reggiani aux éléments que je vis actuellement. Le vieux couple me fait penser à une de mes amitiés. Je vais avoir vingt ans sous peu, alors je ne peux m’empêcher d’avoir un petit pincement au cœur en écoutant Votre fille a vingt ans. Et les chansons tardives sur la solitude et la fin de la vie me déchirent le cœur, même si elles sont magnifiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.