Pourquoi les vaches font partie des animaux les plus mignons et les plus intelligents que je connaisse

Quand j’étais plus jeune (mais déjà charmante *repousse ses cheveux en arrière*), j’habitais à la campagne. Je ne peux pas vraiment dire que cette époque me manque. L’enfance dont je sors à peine n’est pas ce qu’on pourrait appeler un âge d’or.

Mais ce serait mentir de dire qu’il n’y a pas eu de souvenirs heureux. Or la plupart sont liés à ces promenades en bordure de champ. Ma mère et moi, on partait par monts et par vaux quand je n’avais pas école. On regardait les terres agricoles et on imaginait voir les plantes croître à l’œil nu. On croisait des vaches et des moutons qui broutaient paisiblement dans leurs enclos. J’ai conservé quelques portraits de moi en bordure de champ, avec ou sans animaux.

Mais j’ai toujours eu une préférence pour les vaches. Elles ont toute la placidité du monde dans le regard. Grosses bêtes stoïques qui passent leur temps quasi immobiles, elles mériteraient bien le titre de « meilleur ami de l’homme » à la place du chien. Une vache, par exemple, ne vous abandonnera jamais : c’est un animal simple et droit qui ne connaît ni le mal, ni la félonie. Un chien apeuré peut fuir, ou mordre, ou casser des meubles… une vache conquise et respectée restera toujours votre alliée, dans les jours fastes comme dans la banqueroute.

Et puis une vache, ça a de grands yeux naïfs. D’un point de vue culinaire, ça se contente de peu : elles mangent de l’herbe ou du foin à longueur de journée. (Pas besoin de leur mijoter de petits plats pour qu’elles daignent passer le seuil de votre chez vous, donc.) Ça vit en troupeau, ce qui prouve qu’elles sont tout à fait disposées à se faire des amis. Quelle ouverture sur le monde merveilleuse ! Vraiment, on voudrait plus de vaches dans son entourage.

Vous me direz : « Voilà, j’ai rencontré une vache, je pense être devenu son ami ? Et maintenant ? (Que vais-je faire… ?)» Je tiens déjà à vous faire savoir que je trouve votre interrogation toute à fait illégitime et même plutôt ingrate. D’une part parce que vous êtes l’ami d’une vache et que ce simple fait devrait vous mettre en joie : les amis sont rares et précieux. D’autre part parce que les occupations ne manquent pas et qu’il faut un peu manquer d’imagination pour poser une telle question.

Vous pouvez randonner ensemble dans la nature, je suis certaine que votre nouvelle amie connaît de très bon chemins à arpenter. Vous pouvez aussi regarder un film de trois heures, les vaches ont du talent pour l’immobilité prolongée et ne commentent pas beaucoup. Vous pouvez lui dire des vers et plus si affinité : elle est sûrement sensible à la poésie comme beaucoup de vaches qui s’avèrent être de grandes romantiques refoulées. Et puis, sortez des sentiers battus : prenez le thé, emmenez-la voir des expositions, partez en week-end en à Sully-sur-Loire ensemble, jouez aux échecs, préparez une tarte aux pommes ! Ce n’est pas compliqué, flûte ! Tant qu’elle est stimulée elle sera heureuse.

Le pelage plus ou moins rêche, la patte plus ou moins gracile, le corps plus ou moins épais… Parmi toutes les races de vache qui peuplent nos campagnes, parmi la multitude d’animaux à pis, il y aura forcément une vache qui vous parlera, et vous vivre ensemble un beau moment contemplatif.

Car c’est là que réside la vraie magie de la vache : elle contemple le monde avec son œil sans âge, et pourtant d’une telle sagesse. Ce qu’on pourrait prendre pour de la passivité est en réalité un stoïcisme tout à fait maîtriser, qui la hisse à un rang bien supérieur à celui d’un Epictète ou d’un Marc Aurèle.

Nous ne serons jamais des vaches. Rendons au moins l’hommage qu’ils méritent à leurs grands yeux si doux. Soyons lyriques, composons des odes à leur beauté ! Aimons nos vaches des oreilles aux sabots !

4 commentaires sur “Pourquoi les vaches font partie des animaux les plus mignons et les plus intelligents que je connaisse

    1. En soi, la vénération hindoue de la vache est issue du fait qu’a l’origine les indo-iranniens étaient une société pastorale ayant au cœur de son culte le sacrifice sanglant de la vache enceinte, cela les ayant mené a diviniser les acteurs de ce sacrifice, la vache et le feu, figures centrales du védisme.

      Dans le zoroastrisme notamment la vache est avatar de la Terre, et le feu celui de Dieu. La sacralisation de la vache serrait a l’origine une innovation de cette religion, notamment caractérisée par le refus du sacrifice sanglant et son remplacement par des libations de lait, la polémiques contre la cruauté des mauvais pretres étant un thème récurent de l’Avesta.

      Yasna 29.1:
      L’âme de la vache pleure
      Et se lamente auprès de Toi:
      Pourquoi m’as Tu créée?
      Pourquoi m’as tu façonnée de cette manière?
      Je suis opprimée par la colère, la cruauté et l’agression.
      Nul autre que Toi ne peut me protéger.
      Guide moi vers le vrai bonheur!

      https://www.youtube.com/watch?v=DtiUZ913jCs

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.