Pourquoi j’ai adopté un végétal de compagnie

J’ai souvent souffert de solitude. Parfois sans m’en rendre compte : enfant déjà, je m’imaginais des histoires extraordinaires pour tromper mon ennui. J’ai gardé cette habitude, et aujourd’hui encore les salles d’attente sont pour moi les lieux où je m’ennuie le moins, précisément. Il y a là-bas quelque chose de fertile pour l’imagination, dans le silence et les plantes en pot. […]

Pourquoi j’accumule tout un tas de futilités

Tickets de cinéma, entrées de musées, copies d’écolier, billets de trains, cartes postales vierges, prospectus explicatif sur telle œuvre du musée de la faïence de Pétaouchnock, vieilles photos sur lesquelles un enfant sourit, pièces de monnaie étrangères ou obsolètes, places de théâtre, timbres désormais inutilisables, marque-pages plus ou moins promotionnels, livrets de CD : je conserve, dans des boîtes et autres […]

Pourquoi je suis plus mignonne que jolie

On me dit rarement que je suis jolie, même si je suis loin d’être laide. En réalité, j’ai bien vite compris que je n’étais pas belle : ce qualificatif est réservé à de femmes qui correspondent aux canons de beauté d’un temps, d’une époque. On évoque parfois des constantes sociétales, voire une beauté universelle… à vrai dire je n’en sais rien. […]

Pourquoi je voudrais être un chat

«Moi vouloir être chat Me frotter contre tes bas» On y pense, hein ? On se dit parfois qu’on aimerait être un animal pour échapper à sa condition d’humain, aux impératifs, à tout ce qu’on attend de nous en permanence. Ces choses qui nous assaillent à chaque instant, auxquelles nous nous soumettons même sans pouvoir trop s’y soustraire. On rêve d’avoir […]

Pourquoi je n’aime pas l’été

L’été est presque fini. C’est déjà la rentrée. Nous voilà privés des derniers jours de soleil et contraints de retourner trimer. Et pourtant, réjouissons-nous car cette semaine marque la fin d’une période infernale. Non, je n’aime pas l’été.  J’ai horreur de ces jours passés dans la fournaise. La chaleur qui ne laisse aucun répit, pas même la nuit, m’accable. Vidée […]